Attention les adresses des pages données ici sont privées ©Greeters, vous n’êtes pas autorisés à copier et donner les adresses URL, en dehors de la communauté des Greeters.

 

Synoptique
 

Introduction par Jonathan et Vincent (France Greeters) pour rappeler les objectifs de ce webinaire et des échanges entre les représentants des guides conférenciers et France Greeters :
 
-favoriser les échanges pour mieux se connaitre. 2 rencontres en ligne ont eu lieu à l’automne 2020
– travailler ensemble sur des actions visant à une meilleure cohabitation qui seront mises en place à partir de 2021.
– associer lors de ce webinaire les représentants des réseaux greeters pour mieux les impliquer dans la démarche
 
Armelle (FNGIC) : présentation de la FNGIC (Fédération nationale des Guides interprètes conférenciers), créé il y a presque 40 ans, en 1981 afin de mieux professionnaliser les guides. 3 griefs contre les greeters :
 
– La charte de France greeters : glissement sémantique : l’accueil est devenu l’accueil culturel. Si on remplace le mot greeter par guide dans la charte, la charte pourrait tout à fait s’adapter au métier des guides, d’où la confusion. Le partage et l’accueil sont en effet aussi très importants chez les guides
– Constat de dérives par rapport à la charte : balades programmées sur un calendrier, visites patrimoniales….
– Soutien important par les OT, CDT et CRT aux réseaux greeters qui se concrétise par une valorisation plus importante des greeters que des guides dans la communication or les guides ont un statut précaire et ont beson des OT pour être visibles. Pour cela ils doivent payer, contrairement aux greeters. 50% ont un statut d’entrepreneur individuel, 50% sont salariés des OT. Dans les 2 cas, ils dépendent de ces derniers
 
Sarah (FNGIC) : travaille en Normandie et à Paris. Elle mène une étude nationale pour faire remonter les informations des guides dans les régions au niveau de la FNGIC. Un bilan a déjà été fait en Normandie et en Bourgogne-Franche-Comté. Elle rappelle que les guides ne sont pas des anti-greeters. Résumé des observations :

– Les greeters proposent visites originales, hors des sentiers battus, mais dans la réalité ce sont des circuits semblables à ceux des guides
– Les guides veulent que les greeters respectent le fait de ne pas entrer dans les monuments historiques
– Le soutien financier des institutionnels (flyers, sites internet, ressources humaines)

 
Agathe (guide en nouvelle-Aquitaine) :
la communication sur les greeters dérange : « manière unique, authentique et conviviale »… les guides aussi !
 
Edith (guide) dénonce l’existence de plannings de balades auxquelles les visiteurs peuvent s’inscrire.
Vincent (France Greeters) confirme que ce n’est pas normal, c’est une dérive.
 
Jean-Claude (Paris Greeters) :
– Paris Greeter paye une cotisation à l’OT de Paris et ne figure pas en première page du site internet
– N’ont pas de planning de balades
– La subvention qu’ils perçoivent est une décision de la mairie de Paris afin de favoriser l’implication des habitants dans l’accueil des touristes.
– N’a pas de financement occulte contrairement à ce que dénoncent certains guides

Agathe à répond qu’elle est aussi une habitante de sa ville (Bordeaux), tout comme les greeters et qu’elle contribue à l’accueil des touristes.
Elle demande à ce que les compétences des greeters ne figurent pas sur leur site internet (ex à Mont-de-Marsan : un greeter est spécialiste des bains douches)
 
Hervé (Bordeaux Greeters) :
Bordeaux Greeters est une association créée à l’initiative d’un néo-bordelais qui est tombé sur le charme de cette ville en 2012.
Dès la création, un contact a été pris auprès de l’association des guides conférenciers interprètes d’Aquitaine (AGICA) pour leur présenter ainsi qu’à Bordeaux Tourisme (OT métropolitain). Les Greeters ont été référencé sur le site de Bordeaux avec les mots clefs : invitation, convivialité, rencontres et échanges. L’association ne bénéficie d’aucun financement de la part de la collectivité territoriale.

Le climat est serein entre greeters et guides et un dialogue existe en cas de besoin.
De plus, il existe une volonté des élus politiques locaux de faire dialoguer l’ensemble des acteurs du tourisme autour d’une même table pour faire en sorte que le tourisme soit perçu positivement par les habitants.
 
Charlotte (guide en Bourgogne) n’a pas de problème avec les greeters qui doivent être complémentaires des guides. En revanche, elle n’est pas d’accord avec la communication car en tant que guide elle est aussi habitante de son territoire qu’elle fait visiter, elle accueille des petits groupes et évoque le vin, la gastronomie dans ses visites guidées. Le métier de guide est un métier de partage, de passion.
Les guides payent des charges sur ses revenus. Elle a fait des propositions aux OT pour la relance et leur a demandé de faire moins de pub pour les greeters
 
Vincent évoque son expérience à l’OT de Nancy avec sa double casquette, de guide-conférencier et de responsable mareting-produits qui a été chargé de mettre en place un réseau de greeters en 2012. Il est important d’associer les guides lors de la constitution d’un réseau afin de bien faire la différence.
 
Jonathan : résume les résultats du sondage inclus dans l’invitation au webinaire
 
Edith (guide depuis 3 ans et avocate) estime que les guides et les greeters ont des choses en commun mais qu’il existe un problème de partage des compétences et dénonce des irrégularités juridiques.
 
Pierre Poisson (CDT de l’Orne) considère que le problème guides/greeters est le même qu’autrefois entre hôteliers et chambres d ‘hôtes. Or, tout le monde a appris à travailler ensemble. Il a intégré dans une brochure annuelle un planning avec des dates de greets et la présentation de 15-20 greeters mais aussi des 3 guides qui travaillent pour le CDT, ce qui n’a pas posé de souci avec ces derniers. Désormais, il va éditer une brochure pour les guides, et une autre pour les greeters pour mieux valoriser les guides. mais c’est son rôle de présenter l’offre complète et donc de parler des greeters. Il tient à l’égalité de traitement et se tient à disposition des guides.
 
Isabelle (OT Nice) est ravie de ces échanges. Il est important de bien différencier les différentes prestations. Les greets sont différents des visites guidées. Les guides sont référencés gratuitement à l’OT de Nice.
 
Conclusion : Jonathan et Vincent remercient les contributions de chacun et rappelle que le sujet des guides est sur la feuille de route de France Greeters. Un calendrier d’actions sera proposé en 2021.

 

Pin It on Pinterest

Share This